Une Nuit Pour Entreprendre 2018 : les résultats

07 décembre 2018

L’École des Ponts ParisTech a organisé mercredi 5 décembre 2018 la 5e édition de Une Nuit Pour Entreprendre (1NPE), événement phare de son dispositif de sensibilisation à l’entrepreneuriat. Durant ce concours nocturne, 12 projets ont été créés en équipe par les 66 étudiants issus de 23 écoles différentes.
Le jury, composé de membres de la direction de l’École des Ponts ParisTech et d’entrepreneurs dont des anciens de l’École, s’est réuni au petit matin et a remis le premier prix à l’équipe Vigidrone qui a remporté un chèque de 1.200€ de la part de la Fondation des Ponts.

Les étudiants participants à ce concours nocturne étaient suivis et conseillés par 15 coachs et avaient 12h pour soumettre leurs projets (présentation orale, présentation PPT et un mini film). 7 thématiques étaient proposées : environnement, écologie, énergie / société, art et culture / ville, aménagement et BTP / mobilité et transports / sport et santé / big data, digitalisation et intelligence artificielle / finance, marketing et stratégie.

► Le premier prix a été décerné à l’équipe composée de 4 étudiants de l’École des Ponts ParisTech et un étudiant de l’ENSTA ParisTech. Leur projet intitulé Vigidrone permet, à l’aide de drones situés sur des bornes d’autoroute, d’intervenir plus rapidement sur des zones accidentées afin de réduire le temps d’intervention des secours. "Aujourd’hui, lorsqu’il y a un accident sur une autoroute, il faut d’abord attendre les pompiers qui doivent constater les dégâts. Ensuite, il se passe 20 minutes en moyenne avant l’arrivée des secours. Ces drones, équipés d’une intelligence artificielle, permettent d’identifier le nombre et les typologies de véhicules accidentés (camions dangereux ou voitures) ainsi que le nombre de victimes. Notre concept permettrait d’économiser 14 précieuses minutes sur la prise en charge de personnes accidentées et à l’Etat d’économiser de l’argent" déclare Laurane Preumont, étudiante en 2e année à l’École des Ponts ParisTech.

L’équipe est composée de Guillaume Jeanrot, Guillaume Mortureux, Félicie Levinton et Laurane Preumont, étudiants en 1ère et 2ème année à l’École des Ponts, et de Tristan Kalos, étudiant de 3e année à l’ENSTA ParisTech. L’équipe Vigidrone a remporté un chèque de 1.200 € de la Fondation des Ponts

► Le second prix a été attribué à l’équipe qui a créé le projet Follow up. Celui-ci consiste à implanter le BIM (maquette numérique 3D intelligente utilisée pour les échanges entre les différents intervenants dans la construction) sur les chantiers afin de suivre en temps réel les différentes étapes d’un chantier. "Follow Up est un système qui sélectionne dans la maquette BIM ce dont chacun a précisément besoin chaque jour. L’ouvrier est équipé d’une tablette munie d’une application qui lui affiche ses tâches de la journée, notamment à l’aide de la réalité augmentée. Une fois le travail terminé, il le confirme sur l’application qui remonte l’information dans le système, met à jour la maquette et informe les autres utilisateurs qui ont besoin de l’information. L’objectif est d’avoir un seul document, toujours à jour, pour toutes les personnes du chantier" explique Stéphane Morand, étudiant en Mastère Spécialisé® aménagement et maîtrise d’ouvrage urbaine à l’École des Ponts ParisTech et porteur du projet.

Son équipe était composée de quatre autres étudiants de son école (1ère et 2e année) – Youssef Salhi, Carlos Nieto Egido, Luis Gimeno Riviera et Javier Espada Fraile ainsi que d’un étudiant de l’ESTP Paris : Younès Azzouzi. Tous les 6 ont remporté des cadeaux de la RATP, partenaire de l’école. 

► L’équipe qui a remporté le 3e prix était exclusivement composée d’élèves de l’École des Ponts ParisTech. Leur projet, intitulé Pied’zo, s’inspire de la piézoélectricité, une caractéristique qui consiste, pour un corps, à être capable de se polariser électriquement ou d'être déformé par un champ électrique grâce à une contrainte mécanique. "Avec Pied’zo nous souhaitons proposer de l’énergie invisible à installer dans des lieux de passages comme des gares, des stations de métro ou RER. En installant des dalles, faites de matériaux recyclables et électriques, les passants pourront produire, avec leur simple passage sur ces dalles, de l’électricité qui permettra l’énergie nécessaire pour produire l’éclairage des gares. Le budget de la SNCF consacré à l’éclairage des gares est considérable. Notre solution pourrait permettre de réduire les dépenses mais aussi de sensibiliser les passants à l’énergie verte et invisible" révèle Juliette Galin, étudiante en 1ère année à l’École des Ponts ParisTech.

Elle était entourée de Léonard Grellier, Louis Suchier, Jean-Christophe Schmitt et Sidonie Résillot, étudiants en 1ère et 2e année. Ils ont remporté un cadeau de la part de Michelin, également partenaire de l’École.

L'équipe des coachs était composée de 15 personnes dont :
- 9 alumni de l'École, dont 5 entrepreneurs,
- 4 collaborateurs de Bouygues Construction, Société Générale, RATP, Vinci Énergies,
- 4 collaborateurs de l'École des Ponts ParisTech, dont la Directrice de l'enseignement, le Responsable entrepreneuriat, un Responsable académique également entrepreneur et le Responsable Marketing et Développement International,
- 1 alumni de la d.school Paris at École des Ponts,
- 1 alumni de l'Institut d'Optique, lui-même entrepreneur.

 

Crédits photos : Madame Monsieur Communication