L’École commande un radar de dernière génération pour l‘observation fine de la pluie

29 mars 2013
Le radar en bande X permettra d’estimer par télédétection les précipitations à une échelle fine, d’améliorer leur prévision et la modélisation de leur ruissellement dans la ville. Il s’agit d’une technologie innovante qui offre de multiples avantages par rapport aux radars météorologiques classiques (en bande C ou S) : résolution spatiale fortement augmentée, échos fixes réduits, système plus compact et moindres couts.
 

 
La société Selex fournira et installera le radar en bande X et à double polarisation de l’École. La signature de ce contrat, qui fait suite à un appel d’offre européen, est une étape importante pour tester l’apport de cette technologie à la gestion de l’eau en ville, pour mieux protéger les populations et les infrastructures, tout en réduisant la pollution.
 
Cette acquisition est le résultat de collaborations fructueuses nouées par le groupe de recherche «Hydro-Météorologie et Complexité» du LEESU (Laboratoire Eau Environnement,Systèmes Urbains) et la Chaire «Hydrologie pour une Ville Résiliente», reposant sur unpartenariat avec Veolia. Cela a été possible grâce à l’Union Européenne (projet Interreg NWE RainGain) et la Région Île-de-France (projet RadX@IdF), avec le soutien des réseaux franciliens de recherche sur le développement soutenable (R2DS) et sur les systèmes complexes (ISC-PIF).
 
Les projets RadX@IdF et RainGain permettent aussi de développer des synergies de recherches et d’innovation au niveau régional (conseils généraux de Seine-Saint Denis et du Val-de-Marne, Veolia et Météo France) et européen (Imperial College de Londres, Université Technique de Delft, Université Catholique de Louvain et leurs partenaires). Au-delà de l’Europe, des collaborations sont en cours de développement sur des expériences similaires au Japon (TOMACS) et aux États-Unis (CASA).