Entrepreneurs aux Ponts : le projet ektos

Qui sont les jeunes entrepreneurs de l’École des Ponts ParisTech ? Focus sur la start-up ektos, fondée par deux étudiants du programme ME310 de la Paris-Est d.school, et son projet de caméra mobile pour les pompiers

ektos est une jeune start-up qui cherche à développer des systèmes pouvant assurer aux pompiers une meilleure sécurité et les aider dans leurs missions. Corentin Huard et Alice Froissac sont les fondateurs de cette start-up hébergée à la Paris-Est d.school at École des Ponts.


Corentin Huard et Alice Froissac © ektos

Corentin Huard, élève polytechnicien, avait envie de « travailler sur un produit et pas seulement sur des équations ». Il décide de faire sa 4A aux Ponts car selon lui, « les meilleurs projets » innovateurs sont à la Paris-Est d.school.
De son côté, Alice Froissac est diplômée de l’UTC de Compiègne en ingénierie mécanique, spécialisée en design industriel. À l’occasion d’un Erasmus aux Pays-Bas, elle découvre les parcours d’innovateurs et la Paris-Est d.school. Elle décide de s’inscrire à l’École des Ponts ParisTech en tant qu’auditeur libre afin de pouvoir intégrer le programme ME310.

Le projet qui les réunit, au sein de ce programme, est apporté par le groupe Thales qui a développé une technologie permettant de voir à travers la fumée. « Notre travail, expliquent Alice et Corentin, est de construire un système autour de cette technologie, de faire en sorte qu’elle soit implémentée dans le quotidien des pompiers par le biais d’une caméra portée à la main ou installée dans le casque ou encore sur l’épaule ». L’image filmée s’affiche alors dans le maque respiratoire des pompiers (un peu comme le système Google Glass) tout en étant projeté simultanément à l’extérieur du lieu de l’incendie, sur un écran. Pour y parvenir, Alice et Corentin élaborent leur produit en étroite collaboration avec les pompiers de Seine-et-Marne, notamment lors de simulations d’incendie : «  On aurait pu juste changer le capteur d’une caméra infrarouge, précisent-ils. Mais nous recherchons vraiment quelque chose de plus ergonomique ».


© ektos

En novembre 2013, lorsque débute le projet, sept étudiants sont impliqués dans le groupe de travail. Quelques mois plus tard, Alice et Corentin se retrouvent à deux mais l’engagement des pompiers les motive à poursuivre l’aventure. En juin 2014,  les deux étudiants décident de fonder une start-up. Une décision plutôt inattendue car aucun des deux ne se sentaient l’âme d’un entrepreneur : « Nous sommes aidés par les anciens élèves du ME310 et par la structure même de la Paris-Est d.school. Alon Rozen du MBA des Ponts nous accompagne également. Grâce à Thales, nous bénéficions de l’aide de trois ingénieurs dont un plus spécifiquement sur le volet électronique. » En revanche, à eux de trouver les fonds nécessaires à la poursuite du développement et notamment le prototypage électronique. Pour le moment, une campagne de crowdfunding été lancée.

Alice et Corentin comptent également sur la notoriété que peuvent leur apporter des prix comme celui de L’Usine Nouvelle remporté récemment ou encore leur présence sur des événements comme Osons la France pour décider de potentiels investisseurs à les suivre. En décembre 2014, ils remportent également le prix de l’Incubateur Descartes qu’ils intégreront dès le début de l'année 2015.