Fermer X

FREYSSINET Eugène

Ingénieur, entrepreneur

Naissance : 1879[Objat]
Décès : 1962[Saint-Martin de Vésubie]
Promotion IPC : 1905

Le père de la précontrainte

Portrait de Freyssinet - ENPC
Portrait de FREYSSINET © ENPC

Biographie

 

Né à Objat, en Corrèze, le 13 juillet 1879, Eugène Freyssinet passe successivement par l'Ecole polytechnique et l'Ecole nationale des ponts et chaussées. Il est d'abord nommé à Moulins jusqu'à la Grande Guerre, où il construit de nombreux ponts. Il obtient en 1907 le prix Caméré de l'Académie des Sciences pour la technique du décintrement par vérins, employée pour la première fois pour la construction du pont de Prairéal-sur-Besbre (Allier).

Lors de la guerre, il est mobilisé comme capitaine du génie à la Commission militaire du réseau du Nord où il construit à la fois des hangars d’aviation à Istres ou des navires en béton armé à Rouen. Il continue quand même ses activités civiles en devenant directeur des entreprises Mercier, Limousin et Compagnie qui adoptera pour dénomination sociale en 1916 : «Société Limousin et Compagnie, Procédés Freyssinet». Ses nombreuses recherches lui permettent de mettre au point des cintres roulants, des voûtes à nervures au-dessus et surtout, il découvre la vibration du béton. Entre 1921-1923, il construit les hangars d’Orly. Dans les années 1920, il participe à la construction du pont Albert-Louppe à Plougastel (Finistère) à trois travées identiques de 180 m de portée où il découvre les lois de la déformation différée des bétons.

Intéressé par la précontrainte du béton, il décide de quitter les entreprises Limousin pour mener à bien ses recherches. En 1928, il dépose un brevet sur le béton précontraint et fonde sa société pour fabriquer des pièces en béton, précontraintes par fils adhérents. En 1933, il consolide la gare maritime du Havre qui se tassait sur elle-même et menaçait de s'effondrer. Il rencontre en 1934 Edme Campenon qui lui propose de développer son invention de la précontrainte aux ouvrages construits par l’entreprise Campenon-Bernard. Il signe alors plusieurs ouvrages en béton précontraint en Algérie entre 1936 et 1939 (Conduites d'eau de l'oued Fodda, barrage à voûtes multiples de Béni Badhel, barrage des Portes de fer). En 1939, il invente la précontrainte par post-tension à travers un brevet intitulé : "Système d'ancrage de câbles sous tension destinés à la réalisation de constructions en béton précontraint".qui est un est un brevet pour les câbles de précontrainte à fils parallèles mis en tension par des vérins spéciaux et bloqués par des cônes d'ancrage.

 

Pendant la deuxième guerre, il constitue la Société Technique pour l'Utilisation de la Précontrainte (STUP) puis édifie de nombreux ouvrages en France et à l'étranger : pont de Luzancy en 1946 (55 m de portée sans cintre grâce à des voussoirs préfabriqués tenus entre eux avec des câbles de précontrainte), pistes d'aviation d'Orly en 1947, tranchée couverte de Rouen en 1948, pont d’Esbly sur la Marne en 1949, viaducs sur l'autoroute de Caracas à La Guaira au Vénézuéla en 1951, basilique souterraine de Lourdes en 1958, pont Saint-Michel à Toulouse en 1959, réservoir des Lilas à Paris en 1961 etc.

En 1952, la Fédération internationale de la Précontrainte voit le jour. Jusqu'à sa mort, il déploie une intense activité : président d'honneur de la Fédération internationale de la précontrainte, ingénieur-conseil de la STUP (aujourd’hui groupe Freyssinet) et des entreprises Campenon-Bernard, il est nommé inspecteur général honoraire des Ponts et Chaussées. Il meurt le 8 juin 1962.