LA RECHERCHE

RÉUSSIR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET ÉNERGÉTIQUE Telle est l'ambition de la recherche à l'École des Ponts ParisTech dont les activités servent à la fois l'avancée des connaissances et le soutien au développement économique.

Chiffres clés 2017

  • 12 Laboratoires de recherche, dont 6 UMR CNRS
  • 441 chercheurs et enseignants-chercheurs
  • 530 doctorants et post-doctorants
  • 924 publications de rang A, dont 43% avec  un partenaire étranger
  • 8,9 M€ de recettes de recherche partenariale, dont  54% en direct avec les entreprises.

 

Stratégie de recherche : réussir la transition écologique et énergétique

 

La stratégie, co-élaborée avec les laboratoires sous la coordination de la Direction de la Recherche, vise à structurer la recherche interdisciplinaire en répondant à quatre enjeux socio-économiques identifiés comme stratégiques pour la Recherche à l’École :

  • Systèmes ville et mobilité : pour inscrire l’École dans la dynamique de la ville durable, grâce à une recherche qui combine les sciences de l’espace, de l’ingénieur, du vivant et de la société.
  • Gestion des risques, des ressources et des milieux : pour relever les défis des risques climatiques, énergétiques, environnementaux et financiers, l’École apportant l’interdisciplinarité de ses laboratoires pour traiter de l’ensemble de la chaîne de valeur.
  • Industrie du futur : pour répondre aux besoins des entreprises en termes de production durable, d’organisation, de bien-être et d’implication des salariés, de hautes performances et de capacité à se reconfigurer, la recherche développant modèles et simulations physiques, mathématiques, comportementaux ainsi que les études sociologiques.
  • Économie, usages et société : pour croiser les approches de l’homo oeconomicus avec les tensions entre croissance, développement, environnement et avec les impacts des inégalités sociétales. Les chercheurs concourent aux évaluations des politiques publique et formulent des recommandations.
     

Le plan d’actions associé vise à répondre à ces enjeux par la recherche académique et partenariale, le transfert au service de la compétitivité des entreprises et de l’efficacité des politiques publiques. Les lignes de force identifiées sont :

  • Renforcer la politique scientifique pour une recherche lisible, visible et soutenable en favorisant une recherche de l’amont à l’aval, orientée innovation, organisée en expertises, filières et enjeux socio-économiques,
  • Développer la politique partenariale de la recherche, en soutenant des projets d’envergure interdisciplinaires à l’échelle locale, nationale et internationale et en construisant un Co-Innovation Lab doté de plates-formes technologiques aux meilleurs standards internationaux
     

Pour attirer les talents, des campagnes de recrutement de chercheurs et de doctorants ciblées sont mises en place. Il s’agit d’une part de constituer des masses critiques de recherche en cohérence avec le positionnement sur les quatre enjeux socio-économiques identifiés et d’autre part d’intensifier la formation à et par la recherche.
 

Pilotage scientifique : une gouvernance renouvelée pour des instances en synergie

 

  • Le Conseil scientifique (CS) éclaire l’Ecole dans sa politique scientifique et d’innovation. Il joue un rôle d’expert et de consultant auprès du Conseil d’administration.

Présidé par Didier Roux, Directeur de la recherche et de l’innovation de Saint-Gobain, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies, il est composé de 20 personnalités des mondes académique, institutionnel et économique, sept personnalités étrangères et respecte une parfaite parité.

Pour être au plus près des chercheurs, les experts du CS, répartis selon les quatre enjeux thématiques, travaillent directement avec eux dans le cadre de séminaires thématiques. La synergie, CS/Direction de la recherche/chercheurs des laboratoires, est appréciée tant par la stimulation créée que par les visions ainsi partagées et les perspectives ouvertes.

 

  • La Direction de la Recherche (DR) élabore et pilote la mise en œuvre de la politique scientifique et de recherche de l’Ecole.

Elle s’appuie sur 12 laboratoires pour la plupart commun à d’autres acteurs académiques ou économiques. Structures agiles et réactives, ils disposent de l’autonomie et de la responsabilité pour développer des recherches, en cohérence avec la politique d’orientation de l’École.

Tous les laboratoires, en dehors des deux porteurs d’une recherche précompétitive, sont membres de LabEx (Laboratoires d’Excellence). L’École contribue à 6 LabEx qui forment des communautés scientifiques autour des thèmes structurants qui amplifient son modèle de co-développement ouvert.

Dans le cadre du Conseil des laboratoires, réuni mensuellement, la DR anime les échanges sur la prospective scientifique au sein de l’Ecole, favorise le partage des éléments marquants des laboratoires, de leurs communautés ou de leurs tutelles.

Le Service central de la Direction de la Recherche (DR-Centre) vient en soutien et appui aux laboratoires dans leurs activités de recherche. A cet effet, il offre compétences et expertises en termes de montage, protection juridique et management de contrats publics et privés, de valorisation de la recherche partenariale par dépôt de brevet ou de logiciel et de management pour le recrutement de personnels scientifiques.
 

Les chaires industrielles : des partenariats de long terme


Depuis plus de 10 ans, l’Ecole développe une politique de partenariat de long terme avec les entreprises au travers de chaires industrielles. Structurantes autour d’une thématique stratégique pour l’École, elles visent à créer de la valeur scientifique et pédagogique pour l’École, et de l’innovation facteur de compétitivité pour l’entreprise. Les 15 chaires actives dont 10 en mono-partenariat avec l’Ecole, sont adossées à de grands groupes français, étranger, des Fondations...

 

Le Co-innovation LAB des Ponts

3 plateformes collaboratives de pointe pour des solutions de transfert vers les entreprises :

Fresnel : observation et modélisation multi-échelle des champs géophysiques en Ile-de-France pour villes résilientes en assurant une gestion précise des flux (matière, énergie) des systèmes urbains et en développant leur résilience aux événements extrêmes et au changement climatique. Radar bande X, lidars, disdromètres, multi-capteurs, version 2.0 de la plate-forme de modélisation Multi-Hydro... pour expérimentation et certification de réseaux de capteurs ubiquitaires et de télédétection sur la Vague Verte du Campus Descartes ;

Build’In :systèmes constructifs et intelligence artificielle, optimisation de matériaux et structures, processus et procédés industriels. Halle robotique, cellule de fabrication additive grande échelle, halles d’élaboration de bétons et composites... pour prototypage échelle 1 :1

: modélisation de la mobilité urbaine, nouveaux usages, infrastructures et aménagement du territoire, impacts des politiques publiques. Suites logicielles, simulateur de flux... pour analyse de trafic, de modèles de trajectoires de piétons, d’optimisation de flux et de transports alternatifs urbains.